Accroche-coeurs

Publié le par Vanessa

Retour sur la dernière édition du festival de spectacle vivant angevin, ou plutôt ses installations plastiques. Autour de la Maine, entre la cathédrale et la Doutre, elles ont apporté couleurs, poésie ou un soupçon de folie.

Au pied de la montée Saint-Maurice, la fontaine du quai Ligny s'est dotée d'un occupant temporaire : un dragon au corps luisant et à double tête rouge. Joyeux, il crache de l'eau. C'est la création de Yanek Chomicki (Toutltoutim) qui a utilisé des chambres à air de récupération pour le corps de son dragon.

Sur les marches de la montée Saint-Maurice, menant à la cathédrale, un autre artiste Lemilo a peint une anamorphose colorée inspirée du Chant du monde tissé par Jean Lurçat. Des tâches de couleurs dans lesquelles j'ai vu un poisson et un perroquet...

Ce dessin, ce n'est que mon deuxième de la cathédrale !

Accroche-coeurs
Accroche-coeurs

Un autre dragon longe la Maine, plus asiatique, gueule ouverte dirigée vers les tours du château. Le long de son flanc, une plage de sable descend vers l'eau, offrant une aire de repos aux festivaliers.

Accroche-coeurs

Rue Beaurepaire, rue Baudrière... Je confonds toujours les noms de ces deux rues qui se font face, chacune de son côté de la Maine. Et le festival ne m'aide pas car toutes les deux se parent de blasons du créateur du dragon cracheur d'eau. Pour les réaliser, il a sollicité les Angevins en amont des Accroche-coeurs.

Ces blasons aux couleurs vives évoquent Lurçat, Keith Haring. Ils n'ont pas l'air en terre étrangère : ils voisinent des maisons à pans de bois, l'église médiévale de la Trinité, dans une ville marquée par les ducs d'Anjou. Les armoiries du bon roi René ont même droit à une réinterprétation.

Cliquer sur le dessin pour l'agrandir

Cliquer sur le dessin pour l'agrandir

Accroche-coeurs
Accroche-coeurs
Accroche-coeurs

Un peu plus loin, le collectif "La petite semaine" a créé une petite flottille de bateaux. Au bord de la rive, les bateaux deviennent des poissons, des pingouins, des oiseaux ou encore un buffle, une girafe... Réalisés avec des couvertures de survie, cette petite procession animalière suggère "une arche de Noé le jour d'après le déluge, l'exil".

Cliquer sur le dessin pour l'agrandir

Cliquer sur le dessin pour l'agrandir

Accroche-coeurs

Côté spectacle, j'ai pris le temps de voir des acrobates encordés, un hommage en solo aux soldats morts et à la figure du père, et un Avare de Molière revisité par les quatre comédiens de la compagnie les Apicoles, un spectacle excellent et drôlissime !

Publié dans Croquis

Commenter cet article

MARIE-CHRISTINE 19/09/2016 23:23

Bravo Vanessa, superbes croquis.... tu as su profiter, une fois de plus, d'une belle manifestation angevine

vanessa 20/09/2016 19:34

Merci Marie-Christine ! A bientôt